Partager ce Post

Société & Santé

Grosse polémique autour de la nouvelle carte de résident de l’ONI

Grosse polémique autour de la nouvelle carte de résident de l’ONI

L’ONI annonce que la carte de résident biométrique pour les ressortissants hors CEDEAOsera en circulation dès le lundi prochain. Loin de faire l’unanimité, l’annonce de cette pièce d’identification des étrangers suscite déjà des polémiques.

Retour inquiétant de la carte de résident de l’ONI

Carte de résident biométrique ou carte de séjour ? Quelle que soit la dénomination, cette pièce demeure source de polémique en Côte d’Ivoire. Lors d’une rencontre, ce mercredi, avec les banquiers, les opérateurs économiques et bien d’autres invités, M. Diakalidia Konaté a en effet annoncé : « L’État de Côte d’Ivoire dans la perspective de la normalisation de l’activité administrative et pour s’attaquer à l’identification ordinaire des non nationaux hors CEDEAO a décidé de mettre en circulation la carte de résident. »

Poursuivant, le Directeur général de l’Office national d’identification (ONI) ajoute : « La carte de résident fait partie de la panoplie des documents d’identité produits par l’ONI. L’objectif de ce document est de remplacer le titre provisoire qui était en cours sur notre territoire depuis la crise. » Avant d’en dévoiler l’aspect : « Cette carte est identique à la Carte nationale d’identité (CNI, de couleur orange) avec toutes les propriétés de sécurité. À la seule différence que la carte de résident a une couleur bleue. »

D’une validité de cinq ans, les frais de dossiers pour l’acquisition de cette carte s’élèvent à 300.000 FCFA. Contrairement aux montants de 70.000 et 90.000 FCFA/an pratiqué dans la sous-région, Abidjan fixe ainsi le sien à 60.000 FCFA/an.

Cependant, certains observateurs fustigent d’ores et déjà l’instauration de cette carte d’identification des étrangers vivant en Côte d’Ivoire. D’autant plus que les leaders l’ex-rébellion évoquaient la xénophobie et l’ »ivoirité » des dirigeants d’alors pour justifier leur prise d’armes.

Mais cet argument est battu en brèche par le patron de l’ONI. S’appuyant sur une décision du Conseil des ministres du 13 avril dernier, il indique : « Il s’agit d’une exigence sécuritaire et de planification du développement. C’est aussi un levier de gouvernance administrative efficace. » D’aucuns redoutent toutefois le zèle dans forces de l’ordre dans le contrôle de ces pièces qui démarre dès le 1er janvier 2018.

Source : www.imatin.net

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…