Partager ce Post

Afrique Actualités / BuzzInterview / StartUp & Business

Nino Njopkou, l’illuminé camerounais qui a très tôt misé sur le e-commerce en Afrique

Nino Njopkou, l’illuminé camerounais qui a très tôt misé sur le e-commerce en Afrique

Dans les années 2000 où très peu de gens pouvaient croire à la transformation numérique de l’Afrique à venir, Nino Njopkou délaisse son statut d’employé pourtant bien rémunéré pour se lancer dans l’aventure qui a vu naître le site de petites annonces Kerawa.com [nom d’un petit village au Nord du Cameroun]. Diplômé de l’Ecole Centrale Paris, il a su importer les « success model » Européens sur sa terre natale, le Cameroun. Pour y parvenir, Nino Njopkou optimise ses connaissances antérieures, repousse loin ses limites et se hisse aujourd’hui au rang des pionniers du e-commerce en Afrique. Entretien !

Magazine Inafrik : Quel est votre parcours professionnel ?

Nino Njopkou : J’ai fait mes classes au Cameroun jusqu’à mon baccalauréat C, puis je me suis envolé au Maroc faire mes classes préparatoires. Je suis sorti Major du Concours Marocain en 2000. J’ai réussi aussi le concours de l’Ecole Centrale Paris d’où je suis sorti diplômé en 2003 en Marketing-Stratégie-Finances, avec Mathématiques Appliquées à la Finance comme Majeure.

Rêviez-vous d’être un acteur incontournable du digital ou est-ce juste l’œuvre du destin ?

Je me suis frotté à Internet en 1998 au Maroc lorsque j’envoyais des emails à mes parents. Et j’ai eu la chance d’avoir Internet dans ma chambre d’étudiants en 2000. C’est de là que me sont venues ma passion pour le numérique et mon attachement à rendre cet outil accessible en Afrique. Je ne rêvais pas de devenir acteur de cet écosystème, juste faire en sorte que l’Afrique bénéficie des avantages de ce nouveau canal.

Après l’obtention de votre diplôme à 23 ans, vous multipliez des fonctions prestigieuses (chez Deloitte Consulting, EDF et Société Générale). Comment avez-vous vécu ces expériences en tant qu’employé ?

Ces expériences ont été très enrichissantes, j’y ai beaucoup appris. On n’apprend pas forcément tous les jours, mais quand chaque 6 mois, on fait une rétrospective, on voit le chemin parcouru et la maturité gagnée. On apprend à travailler vite, à travailler avec engagement de résultats et non de moyens, on apprend la précision, la concision, l’écoute, la rigueur, la méticulosité.

Pourquoi avoir choisi de quitter le confort de ces grandes entreprises européennes pour investir en Afrique ?

Parce qu’au final, le confort est relatif. Très souvent, on parle de confort matériel, mais le besoin mental qui pousse à se dire qu’on aimerait être plus impactant en Afrique peut devenir plus crucial que ce confort matériel… Lire la suite de l’article sur Magazine InAfrik

Partager ce Post

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Register

Pin It on Pinterest

Share This

Hey there!

or

Sign in

Forgot password?
Close
of

Processing files…